Comment sortir de la procrastination ?

Qui n’a jamais procrastiné ? Qui n’a jamais remis au lendemain, au surlendemain, au sur-surlendemain ? Qui n’a jamais trouvé d’excuses pour ne pas accomplir quelque chose ? Je crois qu’une grande majorité d’entre peut avoir tendance à procrastiner bien que certains aient une tendance plus élevée à cela. Pourtant, même si au premier abord cela n’est pas grave, ce n’est pas sans conséquences. 

Remettre à plus tard quelque chose de façon répétée peut créer de nombreux maux. Mais d’ailleurs, pourquoi est-ce que l’on procrastine ? Et puis, comment sortir de ce schéma ? C’est ce que l’on va voir tout de suite ! 

Pourquoi est-ce que l’on procrastine ?

La procrastination, c’est le fait de remettre au lendemain, de repousser quelque chose que l’on aurait pu faire sur le moment. Selon moi, nous pouvons aussi associer la procrastination au manque de motivation. La plupart du temps, nous repoussons les choses que nous n’avons pas envie de faire. Nous manquons de motivation et de détermination à accomplir quelque chose. Finalement, la procrastination c’est cette mauvaise manie que nous avons de nous trouver des excuses afin de ne pas faire quelque chose que nous avions prévu de faire. Mais d’autres raisons peuvent également être à l’origine de cette procrastination. 

Lorsque l’on procrastine, nous manquons de contrôle dans notre propre vie. Et cela entraîne souvent de la déception, de la culpabilisation et intrinsèquement, une baisse d’estime de soi. Sauf que malheureusement, la procrastination est très souvent un cercle vicieux. Plus nous procrastinons, plus nous perdons confiance en nous et donc nous repoussons encore et encore. 

Mais alors pourquoi ? 

De nombreuses raisons font que l’on peut procrastiner. Passons-les au peigne fin dans le but d’en comprendre l’origine. En effet, si tu as tendance à procrastiner, le premier pas est d’en prendre conscience mais surtout de comprendre pourquoi tu agis ainsi. – Et je te rassure, je ne te blâme pas, au contraire, il m’arrive encore de procrastiner aussi ! Nous sommes humains alors acceptons cela avec bienveillance pour nous améliorer. –

Le manque d’organisation

Je crois que nous sommes une très grande majorité à procrastiner, à remettre nos tâches à plus tard car nous manquons d’organisation. Soyons honnête, une grande majorité d’entre nous avance chaque jour, chaque semaine, chaque mois au feeling. Façon freestyle, sans réellement s’organiser. Le résultat est que nous perdons beaucoup de temps de parts et d’autres. Sans nous en rendre compte, le manque d’organisation fait que nous ne trouvons plus le temps de faire quelque chose, ou-bien nous n’optimisons pas ce temps qui nous est disponible. Ca ne t’es jamais arrivé de vouloir faire quelque chose, disons une séance de sport, et finalement de ne pas trouver le temps (ni l’envie de le faire) ? Et pourtant, n’as-tu pas passé 30 minutes sur ton téléphone en rentrant du travail ? C’est là où nous perdons une grande majorité de notre temps. Mais il arrive aussi que ce manque d’organisation soit combiné à un manque de motivation. A ce que l’on appelle plus communément, la fameuse flemme. 

Le manque de motivation (la flemme quoi)

Ce manque de motivation donc, nous amène très souvent à procrastiner, à repousser une échéance, à dire “je le ferais plus tard” pour ne finalement pas le faire du tout. Pourquoi avons-nous si souvent un manque de motivation au quotidien ? – Je vous prépare  un article à ce sujet, stay tuned ! – Mais bien souvent, cela cache aussi autre chose : la peur de se lancer, d’échouer, le fait de ne pas réellement savoir ce que l’on veut faire ou parfois même, le simple fait de ne pas vouloir le faire.

D’après Denis Duvauchelle, une personne procrastine car elle ne perçoit pas de résultat positif immédiat à entreprendre cette action. 

Les peurs

C’est à ce moment qu’interviennent nos peurs et nos croyances limitantes. Elles aussi sont parfois responsables de notre procrastination. Nous avons peur de nous lancer, d’oser faire quelque chose, de nous montrer, d’échouer, des autres, du jugement… alors nous préférons remettre à plus tard. Si tu es particulièrement concerné par la peur d’échouer, je t’invite à aller voir mon article sur la peur de l’échec. J’exprimais notamment le fait que la peur d’échouer nous paralyse et nous empêche de passer à l’action. Il arrive aussi que nous ayons peur de ne pas être capable, de ne pas être assez expérimenté, pas assez jeune, pas assez doué… C’est là qu’interviennent nos croyances limitantes. Et si je te disais que tu as les capacités de faire ce que tu désires ? S’il te suffisait de convaincre ton mental et qu’avec un peu d’entraînement peut-être, tu en étais capable ? Laisse tes peurs derrière toi et ose vivre cette vie qui t’inspire tant ! 

Ne pas savoir comment faire

De la même façon que nous manquons d’organisation, il se peut que parfois, nous remettions à plus tard quelque chose car nous ne savons pas par où commencer. Nous nous sentons démunis et perdus. Parfois nous voyons le sommet de la montagne sans savoir comment l’atteindre, ou-bien nous avons un objectif mais ne savons pas comment nous y prendre pour le valider. Ainsi, sur de gros et moyens projets notamment, il ne faut pas hésiter à te poser pour décomposer ton objectif. Quelles actions vas-tu mettre en place pour y parvenir ? Quelles sont les étapes à mettre en œuvre ? Quand vas-tu les réaliser ? Vas-tu demander de l’aide ? Avance un pas après l’autre et tu auras déjà gagné ! N’hésites pas non plus à chercher dans le domaine où tu procrastines, de l’inspiration, des personnes, des livres, des vidéos, des formations… qu’importe du moment que cela te donne de l’espoir et de l’inspiration !

Le perfectionnisme

Il arrive aussi que certaines personnes remettent à plus tard quelque chose car elles ne se sentent pas prêtes, qu’elles ne sont pas encore suffisamment compétentes, que ce n’est pas le bon moment. C’est finalement ce que l’on peut appeler le perfectionnisme. A rechercher la perfection, nous repoussons constamment (parfois aussi par peur) et finissons par ne rien faire du tout. Il est inutile de rechercher la perfection selon moi. Pourquoi ne pas trouver un juste milieu entre organisation et perfectionnisme ? Préparons les choses si nous en avons besoin et lançons-nous !

Le manque de confiance en soi

C’est indéniable, le manque de confiance en soi, d’estime et d’amour de soi peut nous causer de nombreux maux au quotidien et nous pousser à procrastiner. C’est d’ailleurs ce que je t’expliquais dans cet article sur l’amour de soi. Pour récapituler, lorsque l’on ne s’estime pas suffisamment, cela entraîne de nombreux déséquilibres par la suite. Nous n’osons pas agir, nous vivons parfois dans la peur, dans l’inaction et c’est un réel cercle vicieux. Les énergies négatives que tu peux avoir à propos de toi-même vont en attirer de nouvelles, et ainsi de suite. Mais la bonne nouvelle, c’est que les pensées positives, elles-aussi, attirent d’autres pensées positives. Alors, de quel côté est-il plus intéressant de te placer ? Ai confiance en toi, ose y croire, lance-toi ! Qu’as-tu à y perdre après-tout ? Le jeu n’en vaut-il pas la chandelle ? 

Le manque d’intérêt

Enfin, le dernier point et non des moindres dans le fait de procrastiner se trouve parfois dans le manque d’intérêt face à quelque chose. Si tu dois accomplir quelque chose mais que tu n’en n’as pas envie, il faut te questionner. Pour quelle.s raison.s le fais-tu ? Est-ce contraire à tes valeurs ? Que cela peut-il t’apporter par la suite ? Il se peut que, au travail par exemple, certaines tâches ne nous enchantent pas toujours et c’est normal. Toutefois, si cela se présente trop souvent, c’est qu’il faut se questionner concernant notre travail de façon plus globale. Bien sûr, l’exemple peut aussi s’appliquer à une relation, à un sport, etc. 

Ok, maintenant tu as probablement identifié les sources de ta procrastination. Mais pourquoi chercher à faire autrement ? Y-a-t-il vraiment un problème à procrastiner ? Eh bien, hélas oui. Nous prenons des risques en remettant quotidiennement à plus tard. 

Quels risques prenons-nous à procrastiner ? 

Effectivement, au premier abord, la procrastination n’a rien d’un risque vital même si cela n’est pas très valorisant. Pourtant, procrastiner entraîne par la suite de nombreuses conséquences. 

Avoir la mauvaise habitude de remettre à plus tard nous maintient comme nous l’avons vu dans des énergies basses. C’est vrai qu’après tout, après avoir remis quelque chose à plus tard – sauf pour de bonnes raisons ; ce qui n’est finalement pas si souvent le cas dans la procrastination – nous nous sentons rarement heureux et fiers de nous. Peut-être juste après, si nous faisons quelque chose que nous préférons mais par la suite, mais nous pouvons ensuite ressentir le contre-coup et regretter d’avoir procrastiné.

De cette façon, la procrastination est un réel cercle vicieux. Je crois que plus nous repoussons, et plus il devient difficile de passer à l’action. Comme pour une séance de sport par exemple, le plus difficile est de reprendre la dynamique. Ensuite, nous y retrouvons plaisir et envie.

Par ailleurs, repousser sans cesse est aussi synonyme de stress et d’angoisse. Bien que pour certains, cela soit un booster plutôt positif, attendre la dernière minute pour faire quelque chose peut nous plonger dans de vrais états de stress. Hélas, à long terme le stress est une conséquence nocive pour notre santé. De plus, cela peut aussi atteindre d’autres personnes de notre entourage et ne pas simplement nous atteindre nous directement. Prenons le cas des entreprises dans lesquelles nous travaillons, des travaux de groupe à l’école ou même de notre conjoint ou de nos enfants avec qui l’on vit au quotidien. Ce stress se répercute ensuite sur les autres et peut aussi venir pénaliser les personnes de notre entourage.  

La procrastination peut aussi créer de réels regrets comme nous l’avons vu. Toutefois, dans ce cercle vicieux, ces regrets entraînent par la suite un manque de confiance en soi, et donc une peur d’oser faire quelque chose… Les regrets peuvent être très négatifs dans notre vie. Prenons un exemple extrême pour illustrer la situation : admettons que nous ayons repoussé quelque chose qui nous paraissait être anodin : envoyer un message à un proche et que celui-ci vienne à disparaître. Nous aurions d’énormes regrets. De la même façon, nous pouvons regretter de ne jamais avoir osé changer de travail, quitter une relation pour vivre dans la passion totale sans avoir peur des conséquences, créer cette entreprise qui nous aurait tant stimulée, commencer la danse ou le judo même à 25 ou 30 ans. 

Parce que oui, il n’est jamais trop tard pour faire quelque chose. Nous sommes les créateurs de nos propres limites. Ayons le courage et la conscience de les dépasser. 

L’une des choses les plus tristes de la vie, c’est de se retourner une fois parvenu à son terme, en sachant que l’on aurait pu être, faire et avoir bien plus.

Hal ELROD, MIRACLE MORNING


Comment sortir de ce schéma ? 

EXERCICE PRATIQUE

Passons désormais à la partie pratique. Décidons ensemble de passer du côté du cercle vertueux. Car oui, nous en sommes capables. Tu en es parfaitement capable et je sais que tu vas y parvenir pour ton propre bonheur.

En sortant de la procrastination, tu vas pouvoir alimenter ta confiance en toi et l’estime que tu te portes. Tu seras plus épanoui au quotidien car tu agiras avec passion et détermination. Tu travailleras ton mental, car oui, ce n’est pas toujours évident de ne pas procrastiner nous l’avons bien vu. Mais tu vivras une vie remplie, pleine de positif et d’inspiration. 

Tout d’abord, tu dois te poser certaines questions afin d’éclaircir ton lien à la procrastination :

  • Dans quelle.s situation.s ou domaine.s procrastines-tu régulièrement ? (Le sport, le travail, la lecture, la comptabilité, la recherche d’un emploi…) 
  • Pour quelle.s raison.s procrastines-tu ? As-tu peur d’échouer, manques-tu de motivation, es-tu trop perfectionniste… ? 
  • Pourquoi as-tu réellement envie de faire cela ? Quelles sont tes motivations ? En ayant toujours en tête ton objectif final, le bien-être que cela te procurera, tu auras plus facilement la motivation pour passer à l’action. 

Voici désormais 7 points que tu peux travailler pour dire stop à la procrastination : 

Planifie

En planifiant tes projets, tu auras plus de facilité à réaliser les tâches que tu souhaites. Effectivement, si tu décides que, trois fois par semaine, plus précisément le lundi, mercredi et vendredi à 18h, tu feras ta séance de sport, tu méditeras, tu feras de l’aquarelle ou qu’importe…  tu auras plus de chance de t’y tenir. C’est comme aller au travail, parfois tu n’en n’as pas envie mais tu commences à 9h, alors c’est normal d’y aller malgré tout. 

Décompose l’objectif

De la même façon que tu peux planifier les tâches que tu souhaites faire, tu peux aussi venir décomposer un objectif conséquent en de nombreuses étapes. Tu pourras ainsi avancer un pas après l’autre et avoir la sensation que tes objectifs sont plus facilement atteignables (se focaliser sur les différentes marches à gravir plutôt que le sommet de la montagne directement.) 

Travaille sur tes peurs et croyances limitantes

Dépasser tes peurs et tes croyances est essentiel pour accomplir les choses que tu désires avec enthousiasme, détermination et persévérance. A ce sujet, je t’invite à retrouver mes articles sur les peurs et les croyances limitantes

Développe ton estime personnelle

Nous l’avons également vu plus haut, la confiance que l’on s’accorde est déterminante dans l’état d’esprit que nous allons ensuite avoir face aux actions que nous voulons réaliser. En ayant confiance en toi, tu auras bien plus de détermination pour oser faire quelque chose que si tu ne t’en crois pas capable. 

Fais preuve de patience

Comme le disait Denis Duvauchelle, on procrastine parce que l’on ne perçoit pas d’intérêt direct. C’est vrai qu’entre faire une séance de sport et regarder un bon film sous un plaid, le choix paraît vite fait. Pourtant, si ton objectif est de te muscler ou de perdre du poids, tu as pourtant un intérêt certain à faire cette séance. Les résultats ne seront pas immédiats c’est vrai, mais lorsqu’ils arriveront, tu seras finalement très fier de toi. Il faut faire preuve de patience et ne pas uniquement se focaliser sur la destination finale que l’on souhaite atteindre. Profitons aussi du chemin qui nous y mènera. 

Trouve un juste milieu entre procrastiner et ne pas t’écouter

Il se peut que tu sois un peu perdu entre le fait de te forcer à faire quelque chose (si tu le désires vraiment au fond de toi malgré tout, évidemment) et t’écouter si tu n’en as pas envie. Je dirais qu’il faut trouver le juste équilibre entre les deux. Si réellement tu te sens faible ou bien que tu es blessé, repose-toi. Ce n’est pas de la procrastination ici. Cependant, si tu as juste un peu de fatigue mais que tu pourrais aller boire un verre en terrasse à la place, tu ne dois pas l’être tant que ça… alors un peu de motivation et au placard les excuses !

Trouve un partenaire de responsabilisation

Le terme de “partenaire de responsabilisation” est emprunté au Miracle Morning, un très chouette livre de développement personnel de Hal Elrod. Ici, l’idée serait de parler de tes objectifs à quelqu’un, de les partager autour de toi, voire de trouver quelqu’un qui a également ces objectifs à atteindre. 

Conclusion

Pour conclure, je crois qu’il faut tout d’abord accepter que nous sommes une grande majorité à procrastiner. Ce n’est pas si grave, il ne faut pas se blâmer pour cela. Toutefois, nous sommes capables de rebondir et c’est là que nous pouvons passer du côté du cercle vertueux. Cesser de procrastiner et passer à l’action sera véritablement plus stimulant et plus épanouissant pour notre vie. Cessons de nous trouver des excuses, travaillons notre mental via notre détermination et notre persévérance et osons nous lancer !  Ayons conscience des raisons qui nous poussent à passer à l’action et de nos motivations profondes. N’oublions pas bien sûr de trouver un juste équilibre entre obligation et écoute de soi. Ce processus doit toujours s’effectuer dans la bienveillance. 

J’espère que cet article vous aidera à vaincre la procrastination et à oser vivre une vie qui vous inspire pleinement.

A très vite,
Anaïs 

2 commentaires sur “Comment sortir de la procrastination ?

  1. Une phrase d’Anita Roddick, fondatrice de The Body Shop, que je trouve particulièrement stimulante pour se « botter les fesses » quand l’envie d’agir manque :
    « Il n’y a pas de répétition : vous n’avez qu’une vie, donc prenez-la en main et efforcez-vous d’être remarquable »

    J'aime

Répondre à Alain Orsot Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s